Actualités et Analyses

Toutes vos actualités regroupées sur une seule plateforme !

Image: Trop ne vaut rien

Article


Trop ne vaut rien

Opinions divergentes dans les articles externes - Les opinions exprimées dans les articles provenant de sources externes ne reflètent pas nécessairement les opinions de Renalco SA et sont partagées uniquement à titre d’information.


Nous avons commencé l'année avec des craintes de récession, et nous entamons le quatrième trimestre de 2023 avec des craintes de surchauffe.

Comme d'habitude, les développements aux États-Unis sont décisifs pour les marchés mondiaux, alors que l'Europe et la Chine décélèrent. Entre-temps, les investisseurs continuent de subir des mouvements de marché brutaux dans toutes les catégories d'actifs, et nous sommes devenus plus prudents dans nos recommandations d'investissement.

  • À titre d'exemple, le prix du Brent a baissé de plus de 10 % la semaine dernière, après avoir fait un bond de 30 % au troisième trimestre. Mais les tensions géopolitiques au Moyen-Orient au cours du week-end ont provoqué une nouvelle pression à la hausse sur les prix du pétrole, ce qui risque de peser sur les marchés obligataires. Nous savons que les matières premières sont volatiles et c'est la raison pour laquelle nous avons préféré jouer le thème du resserrement de l'offre de pétrole avec les actions du secteur de l'énergie ces derniers mois.

Les montagnes russes. Le rapport sur le marché de l'emploi américain publié à la fin de la semaine dernière a de nouveau été très solide, s'ajoutant à une multitude d'indicateurs menant à la même conclusion : l'étroitesse du marché du travail américain est devenue une source de préoccupation pour les taux à long terme... Les créations nettes d'emplois ont été largement supérieures aux attentes du consensus, à 336k contre 110k attendus. Les chiffres précédents ont également été révisés à la hausse. En revanche, le taux de chômage est resté inchangé.

  • Sur cette base, et compte tenu de la sensibilité actuelle du marché aux évolutions macroéconomiques, nous aurions pu nous attendre à une forte hausse des rendements obligataires et à une forte pression baissière sur le S&P 500/Nasdaq 100. Mais en fin de compte, les événements se sont déroulés plutôt en douceur, le marché des actions américaines clôturant dans le vert à la fin de la semaine dernière, bien que les bons du Trésor à 10 ans aient encore augmenté de 10 points de base. La croissance des salaires a été légèrement inférieure aux attentes, ce qui est positif.
  • Sommes-nous en train d'observer des signes de lassitude à l'égard du marché obligataire ou, du moins, des signes de rupture de corrélation entre les actions et les obligations ? C'est possible, mais il n'y a rien de sûr, en particulier avec les prix du pétrole à nouveau à la hausse en raison des tensions au Moyen-Orient.

Notre point de vue sur les marchés mondiaux. "L'adaptation équivaut à la survie dans le monde physique", écrivait Bill Gross il y a dix ans, lors du "taper tantrum". Nous ne devenons pas baissiers, mais nous devons nous adapter et couvrir nos portefeuilles contre le risque que les rendements du Trésor américain continuent à augmenter. Comme nous l'avons écrit la semaine dernière, les risques pourraient devenir systémiques si les problèmes de refinancement de la dette en 2024 devenaient majeurs. Notre scénario central reste que la décélération de la croissance apaisera ces inquiétudes. Toutefois, à la lumière du récent rapport sur le marché de l'emploi et de la hausse des prix du pétrole, nous pensons qu'il est trop tôt pour parier sur un renversement des rendements obligataires.

Nos nouvelles recommandations en matière d'allocation d'actifs et de secteurs d'actions.

  • #1 : nous avons légèrement réduit la prise de risque sur les actions, mais pas de retournement majeur. Nous sommes passés d'une légère surpondération à une légère sous-pondération, en réduisant les actions américaines et européennes de 10 points de pourcentage. En ce qui concerne les secteurs des actions européennes, nous sommes devenus plus défensifs, rehaussant le secteur des télécommunications à une forte surpondération (valeur défensive ; potentiel de consolidation au sein du secteur) tout en maintenant les secteurs de l'alimentation et des boissons et des produits pharmaceutiques à une surpondération. Nous prévoyons toutefois une hausse des indices boursiers américains et européens d'ici la fin de l'année.
  • #2 : nous avons réduit les risques de crédit et la sensibilité à la duration au sein des obligations, en réduisant à zéro l'exposition au crédit souverain des pays émergents, aux BTP italiens et à l'or. Nous avons également équilibré l'exposition au crédit "investment grade" entre les États-Unis et l'Europe, les premiers présentant un risque de duration plus important. Nous avons augmenté notre exposition aux bons du Trésor américain à court terme, en supposant que le cycle de hausse des taux est terminé.
  • #3 : Nous voyons des risques de baisse pour l'EURUSD. Avec les signes de décélération de la croissance dans la zone euro, il devient de plus en plus probable que la BCE assouplisse sa position hawkish avant la Fed. Nous couvrons désormais partiellement notre exposition longue au dollar dans notre allocation d'actifs et conservons une position longue nette de 10 % sur le dollar.

Semaine prochaine : la publication des prix à la consommation et à la production aux États-Unis pour le mois de septembre sera déterminante pour apaiser (ou exacerber) les inquiétudes actuelles du marché concernant la persistance de taux élevés. Le compte rendu de la réunion du FOMC de fin septembre sera également disponible. En Chine, les chiffres de prêt bancaires permettront d'évaluer si le pays connaît une reprise cyclique.

Performance hebdomadaire des classes d'actifs


Kepler logo

Copyright © 2024 Kepler Cheuvreux. Tous droits réservés.

Ce document est produit par Kepler Cheuvreux, entreprise d’investissement agrée par l’ACPR sous le numéro 14441 et régulée par l’Autorité des Marchés Financiers, incorporée en France sous le numéro RCS 413 064 841 à l’adresse suivante : 112 Avenue Kleber, 75116 Paris, France (www.keplercheuvreux.com).

Le présent document ne constitue pas un prospectus/document réglementaire ou autre document d'offre, ni une offre ou une sollicitation en vue de l'achat de titres ou autre investissement. Il ne doit pas être interprété comme une offre de vente ou une proposition d'achat de titres dans toute juridiction ou une telle offre ou proposition serait illégale. Nous ne sollicitons aucune action sur la base du présent document, qui est fourni à nos clients à titre d'information de portée générale. Il ne constitue pas une recommandation d’investissement, ni une recommandation personnalisée, et ne tient pas compte des objectifs d'investissement, de la situation financière et des besoins de chaque client. Avant d'agir en fonction du contenu du présent document, nous vous conseillons de vérifier s'il est adapté à votre situation particulière et, si nécessaire, de prendre conseil auprès d'un professionnel.

Les chiffres relatifs aux performances et aux données de marché ont trait ou se rapportent à des périodes passées et ne sont pas un indicateur fiable des résultats futurs.

L'exactitude, l’exhaustivité ou la pertinence de l’information provenant de sources externes n’est pas garantie, bien qu’elle ait été obtenue auprès de sources raisonnablement jugées fiables. Kepler Cheuvreux n’assume aucune responsabilité à cet égard.

Les éléments du présent document relatifs aux données de marchés sont fournis sur la base de données constatées à un moment précis et qui sont susceptibles de varier.