Actualités et Analyses

Toutes vos actualités regroupées sur une seule plateforme !

Image: Quand 76 milliards de dollars font la différence

Article


Quand 76 milliards de dollars font la différence

Opinions divergentes dans les articles externes - Les opinions exprimées dans les articles provenant de sources externes ne reflètent pas nécessairement les opinions de Renalco SA et sont partagées uniquement à titre d’information.


76 milliards de dollars, ce n'est pas rien. Il s'agit de la révision à la baisse du programme d'émission du Trésor américain pour le quatrième trimestre (de 852 milliards d'USD à 776 milliards d'USD, lien).

En termes relatifs, il s'agit néanmoins d'un montant relativement faible, puisqu'il représente moins de 4 % de l'émission nette de bons du Trésor au cours des douze derniers mois (2 000 milliards d'USD !).

  • Mais si l'on ajoute à cela 1) un communiqué de politique monétaire équilibré de la part du FOMC ; et 2) une création d'emplois plus faible que prévu en octobre, cela a contribué à apaiser les inquiétudes du marché concernant la discipline budgétaire et à faire baisser considérablement les rendements des obligations d'État. Les actions et les valeurs de croissance, qui ont souffert en octobre, ont ainsi bénéficié d'un coup de pouce non négligeable.

Un rebond du marché en vue ? Oui, mais ce ne sera pas si simple. Plusieurs raisons permettent d'espérer une reprise du marché à court terme, même si, selon nous, le moyen terme sera probablement plus difficile.

  • Apaisement des inquiétudes budgétaires aux États-Unis. L'économie américaine est robuste, la consommation des ménages étant le principal moteur de la croissance enregistrée au troisième trimestre. Une croissance forte permet de contenir les déficits budgétaires, car les recettes fiscales sont étroitement liées à la santé de l'économie et le ratio déficit/PIB est tiré à la baisse par le dénominateur. La baisse des rendements des bons du Trésor a des répercussions positives sur les marchés globaux.
  • La croissance de la productivité du travail aux États-Unis a été assez impressionnante au troisième trimestre, ce qui donne un coup de pouce au potentiel de croissance. Nous montrons dans le rapport que cette tendance devrait se poursuivre. Il est de plus en plus évident que l'intelligence artificielle va changer la donne en matière de productivité.
  • Notre analyste technique prévoit que le S&P 500 reviendra aux sommets atteints à la fin du mois de juillet (voir lien).
  • À moyen terme, nous nous attendons néanmoins à ce que le paysage macroéconomique soit difficile. Nous prévoyons une croissance du PIB de 0,5 % aux États-Unis en 2024, contre 1 % pour le consensus et 1,5 % pour la Fed. La forte croissance du PIB au troisième trimestre était en partie liée à l'accumulation des stocks, qui ne devrait pas durer. Dans la zone euro, nous prévoyons une croissance du PIB réel de 0 % en 2024, contre 0,8 % pour le consensus et 1 % pour la BCE.
  • Par conséquent, nous maintenons notre légère sous-pondération des actions d'un point de vue stratégique, bien que nous soyons plus optimistes d'un point de vue tactique.

En Europe, le ralentissement de la croissance et la baisse de l'inflation alimentent les anticipations d'une baisse des taux de la BCE au début du deuxième trimestre 2024, ce qui favorise les opérations de pentification de la courbe. L'inflation dans des pays comme les Pays-Bas et la Belgique est déjà tombée en territoire négatif au cours des derniers mois. Nous pensons que la BCE a mis fin à son cycle de hausse des taux. 

  • La courbe des taux a connu un retournement spectaculaire, bien que les segments 2s10s ou 2s30s restent inversés. Depuis la fin juin, la repentification a été de l'ordre de 50 points de base et de 80 points de base, respectivement. Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive.

En ce qui concerne les actions européennes, nous continuons à privilégier les secteurs défensifs.

  • La chute des rendements obligataires a apporté un soulagement bienvenu aux actions dites de « croissance » et aux secteurs cycliques (notamment le luxe, l'automobile, les technologies médicales, les semi-conducteurs et la chimie).
  • Toutefois, les indicateurs économiques avancés continuent de s'affaiblir et nous nous attendons à ce que les fissures dans l'activité économique européenne s'accentuent au cours des prochains mois.
  • En bref, les arguments en faveur d'un ralentissement cyclique restent valables, car les taux d'emprunt très élevés et les conditions de crédit restrictives continuent de se répercuter sur l'économie européenne.
  • Par conséquent, nous continuons à préconiser un portefeuille défensif pour les prochains mois, avec notamment une surpondération sur les produits de base (alimentation, boissons et tabac), les services de télécommunication, les services publics et les produits pharmaceutiques.
  • En termes de style, nous réitérons également notre préférence pour un portefeuille équilibré en termes de style (croissance/valeur), bien que nous soyons légèrement plus orientés valeur («value) que croissance (growth) dans nos recommandations à l’achat.

Semaine à venir : Le flux de nouvelles macroéconomiques et de résultats d'entreprises ralentira dans les pays développés, mais l'attention se déplacera vers la Chine.

  • Les ventes au détail dans la zone euro et la production industrielle en Allemagne seront les points forts de la semaine. Aux États-Unis, l'enquête de l'Université du Michigan sur la confiance des consommateurs sera publiée.

En Chine, une série de données seront disponibles pour le mois d'octobre : réserves de change, commerce international, IPC, croissance du crédit. Le consensus s'attend à une croissance qui reste en berne.

Performance hebdomadaire des classes d'actifs



Kepler logo

Copyright © 2024 Kepler Cheuvreux. Tous droits réservés.

Ce document est produit par Kepler Cheuvreux, entreprise d’investissement agrée par l’ACPR sous le numéro 14441 et régulée par l’Autorité des Marchés Financiers, incorporée en France sous le numéro RCS 413 064 841 à l’adresse suivante : 112 Avenue Kleber, 75116 Paris, France (www.keplercheuvreux.com).

Le présent document ne constitue pas un prospectus/document réglementaire ou autre document d'offre, ni une offre ou une sollicitation en vue de l'achat de titres ou autre investissement. Il ne doit pas être interprété comme une offre de vente ou une proposition d'achat de titres dans toute juridiction ou une telle offre ou proposition serait illégale. Nous ne sollicitons aucune action sur la base du présent document, qui est fourni à nos clients à titre d'information de portée générale. Il ne constitue pas une recommandation d’investissement, ni une recommandation personnalisée, et ne tient pas compte des objectifs d'investissement, de la situation financière et des besoins de chaque client. Avant d'agir en fonction du contenu du présent document, nous vous conseillons de vérifier s'il est adapté à votre situation particulière et, si nécessaire, de prendre conseil auprès d'un professionnel.

Les chiffres relatifs aux performances et aux données de marché ont trait ou se rapportent à des périodes passées et ne sont pas un indicateur fiable des résultats futurs.

L'exactitude, l’exhaustivité ou la pertinence de l’information provenant de sources externes n’est pas garantie, bien qu’elle ait été obtenue auprès de sources raisonnablement jugées fiables. Kepler Cheuvreux n’assume aucune responsabilité à cet égard.

Les éléments du présent document relatifs aux données de marchés sont fournis sur la base de données constatées à un moment précis et qui sont susceptibles de varier.